CALENDRIER ELECTORAL : LE G7 VEUT FAIRE  METTRE LA RDC SOUS TUTELLE DE L’ONU

0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

Pince sans rire, le G7 Christophe Lutundula s’est fendu, mercredi dernier, d’une nouvelle exigence de sa plate-forme de voir le calendrier électoral à venir certifié par le SG de l’ONU. Une manœuvre dilatoire visant, non seulement à saper la souveraineté de la RDC en voulant la faire mettre sous tutelle onusienne, mais aussi à faire perdre le temps inutilement lorsque l’on connaît la lourdeur de la machine onusienne et surtout lorsqu’on se rappelle que Joseph Kabila avait requis, en son temps, le concours du SG de la même ONU pour la désignation d’un facilitateur du dialogue congolais, mais sans suite jusqu’à ce jour.

Ceux qui croyaient encore en une cause nationale derrière la lutte des sociétaires du G7 ont définitivement déchanté. Après plusieurs preuves de l’arrimage de cette plate-forme politique à des lobbies politico-affairistes occidentaux, Christophe Lutundula Apala, un de ses sociétaires, a donné le clou en annonçant l’exigence du G7 quant à la certification du calendrier électoral attendu par le Secrétaire général de l’ONU en personne. Lutundula l’a déclaré mercredi dans les médias alors que s’observait, à travers le pays, l’échec cuisant de l’appel à la ville morte lancé par le Rassop/Limete dont fait partie le G7.

 

Coup fourré contre la souveraineté et le processus électoral

En effet, cette exigence a résonné comme une claque contre la souveraineté de la RDC lorsque l’on sait que les élections sont une activité de souveraineté pour tout Etat indépendant. Exiger donc la certification du calendrier électoral par le SG de l’ONU ne revient à rien d’autre que suggérer une sorte de mise du pays sous tutelle de la communauté internationale. Une exigence de trop donc, lorsque l’on sait que la CENI dispose en son sein d’experts internationaux permanents, représentant notamment l’ONU – la même – à travers la Monusco et l’Union Européenne. Pas plus tard qu’en début de la semaine en cours, la centrale électorale nationale a requis l’expertise de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour l’élaboration du calendrier électoral qui est la feuille de route du reste des opérations composant le processus électoral.

Cette requête et l’expertise internationale déjà disponible sont des preuves suffisantes de transparence et de professionnalisme dont fait montre la CENI pour ainsi rassurer tout le monde. Mais l’exigence du G7, au-delà de ses relents d’atteinte à la souveraineté nationale, constitue une nouvelle manœuvre pour bloquer le processus électoral dans le dessein, comme d’habitude, de créer des conditions d’une insurrection sur base de l’accusation de non-respect du timing des élections consigné dans l’accord du 31 décembre, et cela, en faisant fi de la disposition du même accord qui prévoie que le trio CNSA-CENI-Gouvernement évaluent le temps nécessaire pour la bonne tenue du processus électoral jusqu’aux scrutins proprement dits.

L’on comprend bien le malaise dans lequel se retrouve le G7 qui a embarqué l’ensemble du Rassop/Limete dans une schéma sans issue en refusant de participer au CNSA comme l’avait recommandé Maman Sidikou, patron de la Monusco et Représentant personnel du Secrétaire Général de l’ONU en RDC. Malgré tout ceci donc, le G7 est conscient qu’en cherchant à engager ou impliquer le SG de l’ONU dans le processus déjà en cours, c’est une sérieuse hypothèque qui pourrait peser sur le facteur temps qui est aujourd’hui le point de friction.

 

Remember Ban Ki-Moon et la liste des candidats facilitateurs

En effet, lorsque l’on connaît la lourdeur administrative de la machine onusienne et le temps qu’il faudra pour la mouvementer, l’on peut deviner clairement ce qu’escompte le G7. D’ailleurs, la RDC a déjà une expérience en la matière. L’on se souvient, en effet, que sur demande de la même opposition radicale et conformément à l’accord-cadre de la CIRGL et à la résolution du Conseil de sécurité qui en était issue en son temps, le Chef de l’Etat avait requis le concours du SG de l’ONU de l’époque, Ban Ki-Moon pour la désignation d’un facilitateur du dialogue exigé par tout le monde et auquel Joseph Kabila avait accédé. Le Président de la République avait même soumis à Ban Ki-Moon une liste de 5 noms de personnalités parmi lesquelles il pouvait opérer un choix.

Ban Ki-Moon n’a jamais donné suite à cette requête, mais à la place, l’Union africaine avait commis un facilitateur en la personne du togolais Edem Kodjo. A celui-ci sera adjoint un comité international d’accompagnement. Mais malgré cette réponse à leur propre exigence pour participer au dialogue, les radicaux de l’opposition refuseront d’y prendre par après 4 mois d’attente imposée par feu Etienne Tshisekedi pour donner la liste des participants de l’opposition à ce dialogue. A la place, ils préféreront se retrouver à Genval, en Belgique, où ils constitueront une plate-forme qui, manifestement, s’est inscrite dans une logique de l’étranger pour permettre aux Occidentaux de faire main basse sur les richesses de la RDC à travers un « nègre de service » qu’ils comptent placer aux commandes du pouvoir, de préférence en dehors des urnes.

Le peuple congolais est témoin de ces manœuvres et ne se laissera certainement pas faire.

 

Pascal Debré Mpoko

Actualité

A New York : tête-à-tête Joseph Kabila –Alpha CondéA New York : tête-à-tête Joseph Kabila –Alpha Cond...
22 Sep 2017 17:00 - Redaction Online

En séjour à New York, Joseph Kabila, Chef d’Etat congolais a rencontré son homologue, le Guinéen Alpha Condé, rapportent les sources proches de la délégation présidentielle sur place à Ne [ ... ]

En fin mission diplomatique, le britannique Graham Zebedee intoxique le peuple congolaisEn fin mission diplomatique, le britannique Graham...
22 Sep 2017 15:34 - Redaction Online

« Le système doit changer pour que la RDC décolle vraiment », tel a été le message d’intoxication de Graham Zebedee, ancien ambassadeur du Royaume-Uni en RDC, en fin mission,  légué au  [ ... ]

Kananga: la conférence sur la paix décortique les causes des conflits et les pistes pour leur éradicationKananga: la conférence sur la paix décortique les ...
20 Sep 2017 14:01 - Redaction Online

Après son ouverture mardi à Kananga par le Chef de l'État, les travaux de la conférence pour la paix, la réconciliation et le développement du grand Kasaï, ont atteint la vitesse de croisièr [ ... ]

Joseph Kabila lance la conférence sur la paix, la réconciliation et le développement du grand KasaïJoseph Kabila lance la conférence sur la paix, la ...
19 Sep 2017 15:18 - Redaction Online

Le Président de la République a ouvert ce mardi à Kananga la conférence sur la paix, la réconciliation et le développement du granf Kasaï. Le chef-lieu du Kasaï Central a ainsi été la capi [ ... ]

JT et REVUE DE PRESSE

Vidéo récente
Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE BSCTV (13 videos)
Loading...
Playlist: 0

.