REPORT DES ELECTIONS : LES EXPERTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE INTERPELLENT LA CLASSE POLITIQUE

0
0
0
s2smodern

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

«Nous pensons, en toute honnêteté, que l’on ne peut pas aller aux élections et oublier le Kasaï. Ce n’est pas la CENI qui a créé l’insécurité. Nous pensons que ceux qui veulent manipuler veulent que l’on rentre à la case de départ, alors que nous avons déjà 82 % de réussite du processus électoral». Ainsi s’est exprimé le Coordonnateur du panel des experts de la Société civile, Dieudonné Mushagalusha, le weekend dernier à Kinshasa. Ce, dans le cadre de son interpellation à la classe politique congolaise pour qu’elle n’agite pas la population en réaction à l’annonce de l’impossibilité de la tenue de la présidentielle et  des législatives  avant la fin de 2017 à Paris par le Président de la centrale électorale congolaise, Corneille Nangaa.

Selon Dieudonné Mushagalusha, outre ce ci-haut repris, la Commission électorale nationale indépendante(CENI) s’est appuyée sur des évidences qui ont poussé son président à se prononcer tel qu’il l’a fait.

Il était prévisible, du reste, que les élections ne seraient pas organisées en 2017 en RDC après les avis de la pléiade des experts qui ont été présents lors des assises du dialogue de la cité de l’Union africaine et qui avaient fixé la tenue de ces élections en fin avril 2018. Lorsque l’accord produit avec ce dialogue a été rejeté au profit de celui de la Saint Sylvestre, nombreux sont les observateurs qui avaient estimé que la tenue des élections retenues en 2017 était décidée sur base des considérations politiques défendues par la frange de la classe politique congolaise qui agissaient sous les diktats des pays occidentaux impérialistes. Ceux-ci ont décidé d’évincer Joseph Kabila du pouvoir d’après leurs calculs.

L’on se rappellera que l’accord de la saint Sylvestre sur lequel l’opposition coachée par l’Occident se fonde a eu, pour socle, la recommandation de Humanrightswatch(HRW) qui, en en novembre 2016, avait recommandé ce qui suit à la délégation du Conseil de sécurité des Nations unies venue s’entretenir avec Joseph Kabila sur la fin de son mandat : « Dans le cas où le Président Kabila ne quitterait pas ses fonctions, lui recommander avec insistance, au minimum, à s’engager publiquement à se retirer à une date précise avant fin 2017. Promouvoir des mesures claires et spécifiques pour veiller au respect de ces engagements et exposer clairement les conséquences internationales s’il ne s’y tenait pas ».

Il ne faudrait pas non plus perdre de vue la vérité que la tenue des élections en 2017 avait été calculée en fonction de la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre dès janvier 2017. Tel n’a, hélas, pas été le cas. Le temps perdu dans les chicaneries, protestations et tergiversations lors des discussions à l’occasion des arrangements spéciaux est aussi l’un des facteurs explicatifs du report de la tenue des élections.

En outre, M.Mugalusha a évoqué le fait que la CENI doit aussi disposer de la loi électorale et de la loi sur la répartition des sièges pour amener la nation congolaise aux élections.

Il est notoire que ce sont l’opposition congolaise entretenue par l’Occident, ses membres déployés sur les réseaux sociaux, des personnalités congolaises prises en charge par le même Occident ainsi que ses structures conjoncturelles et fantoches qui agitent la population au sujet du report annoncé des élections. Il est aussi déjà connu que ces différents groupes visent la confiscation du pouvoir à travers un scénario chaotique qui mettra à contribution la rue, en adéquation avec les injonctions reçues de l’Occident. Même si l’on préconisait une courte transition après fin 2017, celle ne peut se concevoir sans Joseph Kabila à la tête du pouvoir comme le prétend le Rassop/Limeté, car, constitutionnellement, il ne peut passer le flambeau qu’à un autre président élu. Plutôt que de s’égarer dans la forêt dense et vierge des pensées et propositions ou d’adopter des attitudes bellicistes qui ne profitent en rien au peuple pour qui l’on prétend se déployer en politique, il nous semble que la voix de la raison est à écouter pour s’armer d’un peu de patience afin d’appliquer la logique démocratique pure jusqu’au bout. L’option de confiscation du pouvoir, quelqu’en soit le faux-fuyant stratégique, n’est pas démocratique, ni n’arrange les affaires du peuple congolais. Si l’on aime ce peuple et la RDC, rien ne justifie le recours aux tactiques sulfureuses. Il sied d’attendre la tenue des élections qui aura certainement lieu après 2017 et considérer qu’elles doivent être bien préparées de sorte qu’après elles, il n’ y ait pas de troubles ou des événements regrettables dans le pays de M’zee Kabila. Autrement, les opposants valideraient toutes les accusations portées contre eux par tous ceux qui les inculpent d’être à la solde des Occidentaux impérialistes et d’agir suivant, non pas les intérêts nationaux, mais occidentaux en vendant des illusions au peuple profitant de son ignorance pour autant qu’il ne maîtrise pas la géopolitique internationale.

Samy BOSONGO

 

 

 

 

Actualité

LES USA, LA RDC ET LES DROITS DE L’HOMME : LES VÉR...
20 Juil 2017 15:01 - Redaction OnlineLES USA, LA RDC ET LES DROITS DE L’HOMME : LES VÉRITÉS A SAVOIR
FIXATION DE « LE MONDE » SUR KABILA : APRES LE BAT...
18 Juil 2017 12:11 - Redaction OnlineFIXATION DE « LE MONDE » SUR KABILA : APRES LE BATEAU, LES ANIMAUX !
MOISE KATUMBI TENTE DE BLOQUER SON PROCÈS
20 Juil 2017 09:09 - Redaction OnlineMOISE KATUMBI TENTE DE BLOQUER SON PROCÈS
EN PROCÈS A LUBUMBASHI, KATUMBI DANS UN COMBAT DU ...
19 Juil 2017 14:05 - Redaction OnlineEN PROCÈS A LUBUMBASHI, KATUMBI DANS UN COMBAT DU DÉSESPOIR ?
REPORT DES ELECTIONS : LES EXPERTS DE LA SOCIÉTÉ C...
17 Juil 2017 12:34 - Redaction OnlineREPORT DES ELECTIONS : LES EXPERTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE INTERPELLENT LA CLASSE POLITIQUE
OUVERTURE CE MERCREDI A LUBUMBASHI DU PROCES EN AP...
18 Juil 2017 17:11 - Redaction OnlineOUVERTURE CE MERCREDI A LUBUMBASHI DU PROCES EN APPEL DANS L’AFFAIRE KATUMBI-STOUPIS
SINDIKA DOKOLO CONDAMNE A 12 MOIS DE PRISON A KINS...
12 Juil 2017 16:42 - Redaction OnlineSINDIKA DOKOLO CONDAMNE A 12 MOIS DE PRISON A KINSHASA

JT et REVUE DE PRESSE

Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE (26 videos)
Loading...

.