KABUND DEHORS, LE COUP VIENT DE MOISE KATUMBI

0
0
0
s2smodern

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Dans une interview parue le 12 mars 2017 dans lalibre.be, Moïse Katumbi avait annoncé des actions de rue au cas où les négociations n’avançaient pas. En quittant, hier, les négociations, Jean-Marc Kabund - avoué connu de Moïse Katumbi et patron aujourd’hui de l’Udps sur laquelle l’ancien Gouv’ avait réussi son OPA dans la foulée de Genval - donne le ton en ce moment où le Rassop/Limete ne peut pas prendre le risque de quitter les négociations au risque de tout perdre. Et Katumbi, lui, ne peut pas prendre le risque de laisser aboutir ces négociations, craignant de ne pas être éligible puisque tous ses lieutenants du Rassop ont abandonné son dossier judiciaire au profit de la course aux postes gouvernementaux.

Mais que vient donc chercher Jean-Marc Kabund dans le coup de la sortie de l’Udps des négociations de la Cenco? Pour un coup, c’en est vraiment un, et pour cause. L’Udps est le plus grand parti du Rassemblement qui, aujourd’hui, est plombé dans ses marges de manœuvres en raison de sa nucléarisation. Aucune faction ne peut prendre le risque de quitter la table des négociations au risque de tout perdre au profit des autres. Mais il est connu que l’aile de Limete conduite par le tandem Félix Tshisekedi-Pierre Lumbi n’a jamais caché ses intentions de quitter les négociations pour retourner à la rue. Ceci vaut également pour les autres sociétaires de cette aile appartenant au G7 et à l’Alternance pour la République, deux plates formes créées par Moïse Katumbi.

Et Jean-Marc Kabund est un pion que Katumbi a placé dans les strates du pouvoir de l’Udps pour en avoir le contrôle après avoir réussi son OPA sur ce part dans la foulée de la création du Rassemblement à Genval. En effet, après la mort d’Etienne Tshisekedi, le plus haut poste de responsabilité aujourd’hui à l’Udps est celui du Secrétaire Général qui, en cette période de flottement, est le seul habilité à engager le parti. Et Kabund l’a bien dit hier lundi à sa sortie de la salle de réunion du Centre interdiocésain : « Je m’assume en tant que responsable aujourd’hui d’un grand parti politique (…) ».

 

La moins de Katumbi sur kabund et l’Udps

Jean-Marc Kabund est notoirement connu comme un avoué de Moïse Katumbi pour qui il chantait et dansait à Kamina où il vivait de son petit commerce de poisson. C’est de là que Katumbi l’avait tiré pour le placer aux commandes de l’exécutif du parti pendant que les autres bonzes se débattent pour des postes au Gouvernement.

Le dispositif étant ainsi en place, Katumbi et ses lobbies politico-affairistes occidentaux pouvaient désormais agir sur leur plan arrêté de longue date, et congovirtuel.org en a largement fait écho en son temps. Mais le coup de Jean-Marc Kabund n’est pas fortuit et ne vient pas des humeurs ambiantes de Limete. Tout vient de l’étranger sous l’orchestration de Moïse Katumbi et ses alliés politico-affairistes occidentaux.

En effet, dans une interview parue dans lalibre.be en date du 12 mars 2017, Katumbi avait clairement annoncé ce coup. Après avoir chargé la majorité et son autorité morale de la responsabilité du temps perdu pour les négociations, Moïse Katumbi avait déclaré ce qui suit en réponse à une question du journaliste Hubert Leclercq qui voulait savoir ce qu’ils allaient faire au cas où les choses continueraient à ne pas avancer aux négociations : « On appellera le peuple congolais à barrer la route à ces gens et à leur projet. On demandera l'application de l'article 64 de la Constitution qui dit que tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d'individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la Constitution. Plus aucun élu n'est légitime dans notre pays puisque tous les délais pour le renouvellement des fonctions électives ont été largement dépassés, nous sommes donc bien dans ce scénario décrit par l'article 64. » Bien entendu, ce français châtié est le résultat du lifting de Hubert Leclercq…

L’objectif, selon le rêve de Katumbi, c’est de « descendre » Joseph Kabila dont il justifie le maintien au pouvoir par l’accord de la Saint Sylvestre, ce qui est une aberration. En réalité, tout ce discours et ce plan ont été préparés pour la consommation extérieure afin de justifier, sur la place diplomatique internationale, l’insurrection qui doit suivre. Le prétexte tout trouvé est la session du Conseil de sécurité qui, ce mardi 21 mars 2017, va auditionner le Vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, et le Président de la Cenco, Mgr Marcel Utembi. Katumbi et ses stratèges, qui sont déjà sur la sellette dans les médias pour faire pression sur les puissances occidentales, cherchaient un coup d’éclat pour déclencher les nouvelles sanctions déjà annoncées tout en légitimant leur sortie des négociations.

 

Pourquoi Katumbi veut faire capoter les négociations

En cherchant à faire capoter les négociations, Moïse Katumbi joue personnellement son va-tout pour essayer de sauver ce qui peut encore rester de ses intérêts politiques. Frappé par une condamnation dont il fuit l’exécution en ne revenant pas au pays, Katumbi a vu s’épuiser la période d’enrôlement des électeurs au Katanga et n’a plus, aujourd’hui, que l’alternative d’un enrôlement prochain dans une ambassade congolaise à l’étranger. Pendant ce temps, à l’intérieur, ceux qui passent pour ses avoués politiques sont plutôt intéressés au partage du pouvoir alors que personne ne s’intéresse plus à son dossier judicaire.

En mettant tout ceci en perspective par rapport aux échéances électoral, l’on comprend que s’il y a quelqu’un qui redoute ces élections, c’est bien Moïse Katumbi qui craint de ne pas pouvoir y participer en raison de son casier judiciaire. Alors, autant pratiquer la politique de la terre brûlée.

Reste à savoir si les décideurs du monde vont se laisser ainsi manipuler par un groupe d’intérêt qui, l’oin de s’intéresser à la démocratie en RDC où au bien-être de ses populations, ne vise que les richesses de ce pays pour lesquels il faut absolument prendre les rênes du pouvoir.

Pascal Debré Mpoko

Actualité

PRESENCE CONFIRMEE DES ISLAMISTES A L’EST, KINSHASA DÉJÀ EN ALERTEPRESENCE CONFIRMEE DES ISLAMISTES A L’EST, KINSHAS...
17 Oct 2017 16:49 - Redaction Online

Evoquant la situation sécuritaire prévalant à l’Est de la république démocratique du Congo lors d’une de ses interventions du haut de la tribune des Nations-Unies, le Président de la répu [ ... ]

LA RDC AU CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME : LE SENS D’UN MANDAT, SELON MUSHOBEKWALA RDC AU CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME : LE SENS ...
17 Oct 2017 15:21 - Redaction Online

Loin d’être un plébiscite qui confèrerait un quelconque prestige comme le croient ceux qui s’opposaient au vote en faveur de la RDC, l’obtention d’un siège à mandat au Conseil des droit [ ... ]

APRÈS LUBAYA AVEC L'UA, LUTUNDULA INSULTE ZUMA ET LA SADCAPRÈS LUBAYA AVEC L'UA, LUTUNDULA INSULTE ZUMA ET ...
16 Oct 2017 10:07 - Redaction Online

Christophe Lutundula vient de brocarder le Président sud africain et Président en exercice de la Sadc en séjour à Kinshasa en affirmant qu'il n'est pas venu pour les Congolais, mais pour les int [ ... ]

Front commun Joseph Kabila-Jacob Zuma pour la consolidation de la démocratieFront commun Joseph Kabila-Jacob Zuma pour la cons...
15 Oct 2017 16:11 - Redaction Online

Joseph Kabila, Président de la RDC et son homologue sud-africain Jacob Zuma, ont réaffirmé leur détermination pour la consolidation des acquis de la démocratie, de la stabilité et de la prosp [ ... ]

Palais de la Nation: seance du travail, ce dimanche 15 Octobre 2017

JT et REVUE DE PRESSE

Vidéo récente
Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE BSCTV (13 videos)
Loading...
Playlist: 0

.