REVELATIONS : VOICI LE PLAN « B » DE LA CENCO QUI FACHE

0
0
0
s2smodern

Note utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Kabila « Président représentatif » sans contrôle du Gouvernement et des autres institutions, Mrg Marcel Utembi leader de la transition et Chef du Gouvernement avec comme seule autorité le peuple congolais, les Ministres révoqués au profit des membres de la Cenco, la Cenco dirigée par Mgr Fridolin de Mbandaka-Bikoro comme certificateur de la seule élection présidentielle projetée pour juin 2017, etc., autant de points, et bien d’autres, contenu dans un document secret signé le 8 décembre 2016 par Mgr Utembi et confié à la Monusco à l’intention de la communauté internationale.

Il s’agit, en fait, du fameux plan « B » que la Cenco évoquait pour faire main basse sur le pouvoir sous prétexte de représenter l’ONU aux commandes de la Nation. Une vraie imposture qui montre à quel point les Evêques catholiques ont travaillé à la sape de la Nation pour servir les intérêts des occidentaux avec un soutien secret aussi à Moïse Katumbi porté à bras-le-corps par ces mêmes lobbies occidentaux.

 

On en sait désormais plus sur les vraies intentions de la Conférence Episcopale Nationale (Cenco) autour du dialogue en vue des élections apaisées. Les appréhensions des observateurs sur les visées « pouvoiristes » des Evêques catholiques se justifient désormais au regard des révélations sur le fameux plan « B » tant évoqué et brandi par la Cenco comme épouvantail pour faire chanter la classe politique.

 

En fait de révélations, il s’agit plutôt d’un document daté du 8 décembre 2016, soit à l’ouverture des négociations du Centre Interdiocésain. Signé par Mgr Marcel Utembi Tapa, Archevêque de Kisangani, ce document avait déjà été déposé à la Monusco sous forme des « dix points de l’Accord proposé ». Parmi ces dix points, la Cenco prévoyait que le Président Kabila «  aura le statut d’un Président sortant sans aucun contrôle du Gouvernement ou des institutions ». Et le texte de souligner qu’il sera « un Président représentatif ».

 

Toujours selon ce texte, Mgr Utembi devait être nommé, avant ou en date du 19 décembre 2016, « comme leader de la transition et Chef du Gouvernement » qui n’aura comme autorité supérieure que le peuple congolais jusqu’à l’entrée en fonction du prochain Président. L’on comprend donc pourquoi les Evêques catholiques affirmaient qu’ils allaient prendre le peuple à témoin si les arrangements particuliers n’étaient pas signés samedi 28 janvier 2017.

 

La CENI, quant à elle, allait être dirigée par Mgr Fridolin de Mbandaka Bikoro en qualité de « certificateur » des résultats de l’élection présidentielle. Et les élections étaient projetées, selon le même document, pour le 30 juin 2017 avec, comme ressources, entre autres, une partie des salaires des hauts fonctionnaires qui devaient être réduits de moitié.

 

Enfin, dans ce document, le Rassemblement est cité comme « allié » de la Cenco.

 

Tout est donc clair en ce qui concerne la démarche de la Cenco. Depuis le début, en effet, les Evêques catholiques ne rêvaient que de l’échec des négociations initiées par le Président de la République pour prendre la conduite de la Nation avec le concours des étrangers. Tout, dans son comportement concourait à l’attester, à l’instar du fait que la Cenco ait fait un rapport à mi-parcours de sa médiation à l’ONU et non à son mandant qu’est le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. C’est ce dernier qui avait, d’ailleurs, relancé la Cenco jusqu’à l’ouverture effectif des négociations lorsque les Evêques étaient allés lui faire le compte-rendu de leur échec à rassemblement les différentes parties. On se souvient qu’à l’époque, les Evêques, abattus ou, du moins, selon ce qu’ils affichaient, ne réservaient plus la RDC que l’alternative de la prière.

 

Bien avant cela, la Cenco s’était retrouvée plusieurs en posture de torpillage de toute démarche tendant à réconcilier les Congolais autour de l’idéal des élections apaisées. Déjà lors du dialogue de la cité de l’Union Africaine, les Evêques catholiques avaient claqué la porte sous prétexte de vouloir faire le deuil des victimes des événements du 19 septembre 2016. Ils n’y retourneront, d’ailleurs, plus au motif que ce dialogue n’était pas inclusif. Par contre, la Cenco prendra part au conclave du Rassemblement, du moins à la clôture où ses délégués prendront même la parole, ce qu’ils n’avaient pas fait au Dialogue en ne prenant même pas part à la cérémonie de clôture.

 

Mais plus longtemps avant, la Cenco avait déjà indiqué dans quel camp elle se trouvait en participant au « séminaire » de l’île de Gorée, au Sénégal, où les radicaux de l’opposition et de la société civile avaient été réunis pour une formation en méthodes de subversion et d’insurrection. Même tout au long des négociations du Centre Interdiocésain, les Evêques ne cachaient pas leur agacement par rapport aux positions de la Majorité qu’ils critiquaient ouvertement, contrairement au devoir de neutralité de tout médiateur. Par exemple l’Abbé Nshole avait déclaré que la position de la majorité selon laquelle l’accord signé le 31 décembre 2016 n’était pas inclusif comme une « distraction ». Foncièrement arrimé aux côtés du Rassemblement, le même Nshole avait estimé que la position du MLC et alliés par rapport à la part du lion réservée au Rassemblement et, plus particulièrement à la famille biologique des Tshisekedi, n’était pas réaliste parce qu’il était question de poids politique.

 

Au demeurant, les observateurs jugent inacceptable cette initiative de la Cenco qui, par ailleurs, avait mal engagé sa médiation, et cela sciemment, simplement parce qu’elle n’avait prévu aucune alternative de réussite pour son travail. Les Evêques ont secrètement travaillé pour les intérêts des lobbies occidentaux dont les visées pouvoiristes sur la RDC ne sont plus à démontrer. Par ricochet, les Catholiques, dont l’aversion contre Tshisekedi est, par ailleurs, avérée, travaillent pour l’avènement de Moïse Katumbi aux affaires dans un contexte de chaos diaboliquement orchestré à travers l’échec de toute forme de dialogue.

 

MAPAMITIBA

 

Actualité

SCANDAL A L’ONU : DEUX RAPPORTS CONTRADICTOIRES SU...
17 Aoû 2017 11:44 - Redaction OnlineSCANDAL A L’ONU : DEUX RAPPORTS CONTRADICTOIRES SUR LA RDC SOUMIS AU CONSEIL DE SECURITE
CALENDRIER ELECTORAL : LE G7 VEUT FAIRE  METTRE LA...
10 Aoû 2017 15:05 - Redaction Online
SINDIKA DOKOLO DECIDE DE SUPPLANTER KATUMBI ET LES...
16 Aoû 2017 15:31 - Redaction OnlineSINDIKA DOKOLO DECIDE DE SUPPLANTER KATUMBI ET LES AUTRES OPPOSANTS
VIOLENCES AUX KASAÏ : COMME GLOBAL WITNESS, GENEVE...
05 Aoû 2017 13:33 - Redaction OnlineVIOLENCES AUX KASAÏ : COMME GLOBAL WITNESS, GENEVE PUBLIE UN RAPPORT BIDON
APRES L’ECHEC DE TROIS TENTATIVES DE CONFISCATION ...
15 Aoû 2017 14:17 - Redaction OnlineAPRES L’ECHEC DE TROIS TENTATIVES DE CONFISCATION DE POUVOIR, LE RASSOP EN EUROPE
RAPPORT SUR LE KASAÏ : RA’AD AL HUSSEIN EN CAMPAGN...
05 Aoû 2017 10:06 - Redaction OnlineRAPPORT SUR LE KASAÏ : RA’AD AL HUSSEIN EN CAMPAGNE SOLITAIRE DE VENGEANCE ?
Elections en 2017 : Le Rassop/Limeté n’est pas par...
11 Aoû 2017 10:25 - Redaction OnlineElections en 2017 : Le Rassop/Limeté n’est pas partant
MEMO A LA CENI : LES BAVURES DE FELIX TSHISEKEDI, ...
04 Aoû 2017 14:59 - Redaction OnlineMEMO A LA CENI : LES BAVURES DE FELIX TSHISEKEDI, PIEGE PAR LE G7

JT et REVUE DE PRESSE

Vidéo récente
Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE BSCTV (5 videos)
Loading...
Playlist: 0

.