LES USA, LA RDC ET LES DROITS DE L’HOMME : LES VÉRITÉS A SAVOIR

0
0
0
s2smodern

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

Le cynisme est au paroxysme dans le chef des USA qui, par leur Ambassadrice aux Nations unies, Nikki Halley, ont vivement critiqué, le mercredi 19 juillet, la candidature de la RDC à un siège au Conseil des droits de l’homme, avançant des arguments qui en disent long sur l’obstination de Washington à gérer le pays de Lumumba comme un bien privé et dont les dirigeants doivent toujours se plier à sa volonté utilitariste et prédatrice.

 

L’argumentaire avancé par Nikki Halley stupéfait quiconque maîtrise l’histoire de la RDC pour en dégager la très lourde responsabilité américaine dans la descente aux enfers de ce pays. Cet argumentaire produit des effets analogues chez les géopoliticiens qui maîtrisent la façon dont les USA mettent en branle les mécanismes de domination impérialiste contre la RDC et comment ils s’attèlent à y réaliser leur récente trouvaille stratégique, la révolution de couleur, contre le régime congolais accusé de souverainisme, de se tourner vers la Chine et d’adopter les Brics.

Ces accusations n’enfreignent-elles pas les droits de l’homme  de la part des USA, car en diplomatie, dans les relations internationales et la Charte des Nations unies, le principe de souveraineté des Etats indépendants est consacré avec leur kyrielle d’implications sur le plan de l’auto-détermination des Etats. L’Oncle Sam aurait commencé par s’auto-exclure du Conseil des droits de l’homme pour toutes les atrocités et tragédies qu’il crée dans le monde par l’application de sa politique d’impérialisme pluriel qui le pousse à déstabiliser sans cesse les Etats, y créant guerres et calamités artificielles et contrôlant les styles de vie des peuples afin  de les aliéner aux désirs américains, empêchant aux peuples de faire librement ce qui leur semble bon.

Est-ce violer les droits de l’homme si on désobéit aux injonctions américaines pour gérer son pays selon la volonté de son peuple ? Est-ce violer les droits de l’homme quand on fait vaillamment face à des manifestations initiées dans les coulisses par les USA ou leurs collaborateurs dans le pays victime ? Est-ce violer les droits de l’homme si on réclame que la logique démocratique soit appliquée jusqu’au bout et que les intervenants étrangers n’influencent pas l’expression libre et naturelle de la volonté de la majorité du peuple ? Est-ce violer les droits de l’homme quand une armée régulière remporte la victoire sur les milices fabriquées de l’extérieur pour déstabiliser le régime  d’un pays afin que les recrues des USA et d’autres pays occidentaux confisquent le pouvoir, non à travers des élections régulières, mais à la faveur d’un chaos artificiel pour évincer un régime élu et installé sur des bases légales ?

 

D’un argument à un autre

« Les Etats-Unis ont critiqué mercredi les pays africains qui ont soutenu la candidature de la République démocratique du Congo à un siège au Conseil des droits de l'homme, affirmant que cela enflammerait encore le conflit dans ce pays. », lit-on sur le site onusien en rapport avec l’initiative américaine.

C’est déjà récuser la compétence de l’Union africaine(UA) qui a pris la résolution, au terme de son 29 è sommet, de soutenir la candidature de la RDC. Ainsi certains régimes des pays africains qui font allégeance à l’Occident impérialiste et qui leur doivent leur position au pouvoir pourraient retirer leur soutien au point que l’Afrique ne parlerait plus d’une seule voix à ce sujet. On se demande comment l’obtention d’un siège au Conseil de droits de l’homme enflammerait encore le conflit en RDC. Il est connu que le conflit apparent ou factice qui prévaut en RDC provient de la volonté américaine à tronquer la démocratie en RDC et à favoriser la prise de pouvoir par les recrues de l’Occident impérialiste. Dans leur déploiement, les USA, l’Union européenne(UE) et leurs collaborateurs congolais ont choisi, tel que proposé par Mbusa Nyamwisi à l’île de Gorée, de diffuser les foyers de déstabilisation à travers tout le pays.

Comme ils ont hâte de mettre un régime fantoche en RDC, les USA et l’UE entretiennent l’extrémisme, l’impatience et l’intransigeance de leurs collaborateurs congolais qui organisent des manifestations caractérisées par des actes de vandalisme, des tueries, qui en appellent à la rébellion armée et qui forment  des milices ça et là dans le pays. Pendant toutes ces manifestations, les USA et l’UE aident leurs recrues congolaises en brandissant l’épouvantail du contrôle des violations des droits de l’homme dans les efforts du régime congolais pour contenir les manifestations. Et puisque ces manifestations sont organisées pour provoquer la chute du pouvoir ou pour lui faire faire la faute en fait des droits de l’homme, la déception occidentale lors des échecs des tentatives se traduit par la multiplication des accusations occidentales contre le régime congolais à propos de droits de l’homme.

Et, de propos délibérés, ils exploitent voire exagèrent le bilan de ces manifestations contre le régime congolais, exigeant de mener des enquêtes unilatérales pour en fausser les conclusions aux dépens du pouvoir congolais. Mais ils ne disent jamais que ce sont eux qui prescrivent ce genre de stratégies à leurs affidés pour qu’on n’établisse pas leur responsabilité morale dans les bilans macabres de ces manifestations.

 

« Le soutien à la candidature de la RDC était "un manquement inexcusable" à la promotion des droits de l'homme par les pays africains. », a aussi déclaré l’Ambassadrice américaine à l’ONU.

L’on comprend ainsi facilement le désarroi des USA si la RDC obtenait ce siège, car elle participerait à des réunions et aurait accès à certains secrets sur les actions sous l’angle des droits de l’homme qui sont planifiées et menées contre son régime. Des observateurs rappellent le scandale de Guantanamo, le racisme actif aux USA où les policiers blancs tuent impunément et sélectivement les noirs, la xénophobie manifeste qui caractérise l’administration Trump, l’intervention des USA en Libye où, grâce à leurs logistique et armes, Kadhafi a été tué et son pays plongé dans le chaos ; les interventions des USA dans les pays de l’Ex-URSS comme l’Arménie, l’Ukraine, etc., la mise en enfer de la Syrie, etc.

Pour ces observateurs, à partir  de ces quelques cas pris parmi tant d’autres, les USA ne font guère la promotion des droits de l’homme dans le monde. Bien au contraire, ils y entretiennent la situation permanente de belligérance qui se solde par des représailles terroriste et kamikaze de la part de certains pays victimes. Et dans leur lutte contre ces représailles, les USA diabolisent à outrance à travers les médias occidentaux leurs auteurs, tout en prenant bien soins de taire leur responsabilité dans la genèse du terrorisme mondial.

 

Qui est victime et qui est bourreau ?

Dans le cas spécifique  de la RDC, les USA ont fait tuer Lumumba, mis au pouvoir Mobutu qui les a servis, aux dépens des Congolais, pendant de longues bonnes années. Toute la déstabilisation avec son cortège des violations de droits de l’homme qu’a connue la RDC à peine indépendante est, selon plusieurs auteurs, l’œuvre des USA, de la Belgique, de la France, etc. Parvenu à un niveau où il ne pouvait plus servir les intérêts occidentaux, Mobutu a été vomi par le même Occident qui a produit l’AFDL, ignorant le lumumbisme des Kabila. S’étant rendu compte qu’il ne pouvait contrôler M’zee Laurent-Désiré Kabila, l’Occident a encore créé la guerre à la RDC soutenant, de 1998 à 2003, des rebellions qui ont déchiré le pays et entraîné la mort de plus de 6 millions de Congolais et le pillage systématique de leurs richesses naturelles.

Depuis, l’insécurité et la pagaille des pillages des richesses naturelles de la RDC au profit des multinationales occidentales notoires ont des poussées endémiques dans les murs congolais. C’est le même Occident qui appuie les Congolais à l’origine de l’entretien des tensions politiques en RDC.  La paix, déjà élusive en RDC, a reçu un dur coup avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir qui a abrogé la loi Dobb Franck qui exigeait la traçabilité des minerais pour éviter que les multinationales ne s’approvisionnent plus en minerais de sang qui entretiennent le guêpier dans l’Est de la RDC. L’abrogation de cette loi signifiait que Donald Trump donnait libre cours  aux multinationales américaines de continuer à s’approvisionner consciencieusement en minerais  de sang en provenance de l’Est de la RDC, avec toutes ses conséquences en termes de tueries et violations de droits de l’homme dans les sites d’exploitation minière.

"Quand des pays du groupe Afrique avancent la candidature d'un pays comme la République démocratique du Congo pour qu'il devienne membre du Conseil des droits de l'homme, cela n'affaiblit pas seulement cette institution - mais alimente également le conflit qui provoque tant de souffrances sur ce continent", a enfin déclaré Mme Haley.

 

Une telle déclaration qui consacre la légendaire hypocrisie américaine est justement le contraire de la vérité, car sans les incitations et instigations, du reste notoires, des USA dans le cadre de leurs efforts pour la matérialisation d’une révolution de couleur, les opposants congolais instrumentalisés par eux ne s’investiraient pas pour leur plaire, affichant les attitudes qu’ils affichent et tenant les propos qu’ils tiennent.

 

Droits de l’homme : arme contre les autres et non soi-même

C’est de notoriété mondiale que les USA s’en tiennent aux droits de l’homme, non pour les appliquer, mais juste pour s’en servir afin d’accuser et faire tomber les régimes qu’ils estiment réfractaires à leurs injonctions impérialistes. La crainte américaine ne se justifie que par le fait que Washington redoute qu’une fois que la RDC siège au Conseil des droits de l’homme, elle ait accès à certains secrets ou n’empêche certaines actions contre son régime.

Du reste, parlant de la prédation impérialiste, Ernesto Che Guevara a déclaré : « Toute notre action est un cri de guerre contre l'impérialisme et un appel vibrant à l'unité des peuples contre le grand ennemi du genre humain : les Etats-Unis. ».

Il est aussi instructif de noter ce que dévoilent des sources virtuelles : « …Ce que prétend Washington est le contraire de la vérité, selon Lendman.  «Washington et ses alliés voyous mènent des guerres sans fin contre l'humanité. La paix et la stabilité vont à l’encontre de leurs intérêts. Les massacres de masse et la destruction les servent. En ciblant un pays après l'autre, ils se dirigent inévitablement vers une confrontation directe avec la Russie et la Chine, et sont prêts à prendre le risque d’une guerre nucléaire pour faire de ces deux pays les vassaux des États-Unis ».

Selon un autre auteur américain. « Aucune nation dans l'histoire du monde n’a jamais menacé la survie de l'humanité comme l'Amérique, » a-t-il souligné. » Et également : « …Comprenez que le mal est concentré à Washington. Au XXIème siècle (13 ans et demi), Washington a détruit en partie ou totalement 7 pays. Des millions de gens ont été assassinés, estropiés, déplacés et Washington n’a montré absolument aucun remord ou quoi que ce soit s’en approchant ; les églises “chrétiennes” non plus du reste. La dévastation que Washington a infligée est dépeinte comme étant un grand succès (de la démocratie). Washington a prévalu. Washington est absolument déterminé à prévaloir et le mal absolu que Washington représente mène le monde à la destruction. ».

Tableau infiniment pathétique pour un pays qui dit faire la promotion des droits de l’homme de par le monde entier !

 

 

Samy BOSONGO

MOISE KATUMBI TENTE DE BLOQUER SON PROCÈS

0
0
0
s2smodern

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Disqualification des membres de la composition ou, carrément toute la composition au profit de la Cour constitutionnelle, changement d’adresse, politisation à outrance du procès dans les médias, etc. ; il est clair que Moïse katumbi tente le tout pour le tout pour influencer ou orienter le procès ou, à défaut, de disqualifier l’arrêt qui pourrait en être rendu au cas où il ne lui serait pas favorable. Dans ce jeu, Katumbi semble avoir le beau rôle du fait que la Cour, de son côté, ne peut pas s’exprimer dans la presse, sinon faire quelques remontrances en audience à l’endroit de sa défense.

Lire la suite...

OUVERTURE CE MERCREDI A LUBUMBASHI DU PROCES EN APPEL DANS L’AFFAIRE KATUMBI-STOUPIS

0
0
0
s2smodern

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le Tribunal de Grande Instance de Lubumbashi/Haut-Katanga ouvre, ce mercredi 19 juillet 2017 à Lubumbashi l’audience publique à laquelle sera appelée l’affaire mettant en cause le Ministère publique et la partie civile Alexandros Stoupis Emmanouil contre Moïse Katumbi Chapwe. L’ordonnance de fixation de la date d’audience avait été signée le 5 juillet 2017 par le Président du TGI/Lubumbashi Manda Lupula et Simon Masudi Muntu Mwamba, greffier divisionnaire auprès du même Tribunal.

Lire la suite...

EN PROCÈS A LUBUMBASHI, KATUMBI DANS UN COMBAT DU DÉSESPOIR ?

0
0
0
s2smodern

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Moïse Katumbi a décidé de se jeter à nouveau dans une bataille judiciaire pour se défaire de la « disqualifiante » condamnation qu’il avait écopée en première instance face au grec Stoupis. Mais le patron du TP Mazembe, qui joue déjà à la pression et l’intimidation par les médias avec une tendance à la politisation du procès, part avec une écharde faite, entre autres, des disparitions de personnel judiciaire et des dossiers au Tripaix Kamalondo, mais aussi des incendies dans des offices judiciaires et bien d’autres antécédents dont il aura été le seul et unique bénéficiaire, mais qui ne manqueront pas d’influer sur le présent. Procès coupe-gorge, dites-vous ?

Lire la suite...

FIXATION DE « LE MONDE » SUR KABILA : APRES LE BATEAU, LES ANIMAUX !

0
0
0
s2smodern

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

En quoi acquérir des animaux pour promouvoir le tourisme en RDC poserait-il problème ? En tout cas, la question est de grand intérêt après lecture de la nouvelle salve du quotidien français « le Monde » qui, après le dossier du mystérieux bateau en Afrique du Sud, a recruté, cette fois-ci, deux « journalistes mercenaires » pour poursuivre le lynchage contre la personne de Joseph Kabila. Deux journalistes bien connus dans les sillages des lobbies politico-financiers et affairistes en Occident comme George Sorros…

Lire la suite...

Actualité

LES USA, LA RDC ET LES DROITS DE L’HOMME : LES VÉR...
20 Juil 2017 15:01 - Redaction OnlineLES USA, LA RDC ET LES DROITS DE L’HOMME : LES VÉRITÉS A SAVOIR
FIXATION DE « LE MONDE » SUR KABILA : APRES LE BAT...
18 Juil 2017 12:11 - Redaction OnlineFIXATION DE « LE MONDE » SUR KABILA : APRES LE BATEAU, LES ANIMAUX !
MOISE KATUMBI TENTE DE BLOQUER SON PROCÈS
20 Juil 2017 09:09 - Redaction OnlineMOISE KATUMBI TENTE DE BLOQUER SON PROCÈS
EN PROCÈS A LUBUMBASHI, KATUMBI DANS UN COMBAT DU ...
19 Juil 2017 14:05 - Redaction OnlineEN PROCÈS A LUBUMBASHI, KATUMBI DANS UN COMBAT DU DÉSESPOIR ?
REPORT DES ELECTIONS : LES EXPERTS DE LA SOCIÉTÉ C...
17 Juil 2017 12:34 - Redaction OnlineREPORT DES ELECTIONS : LES EXPERTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE INTERPELLENT LA CLASSE POLITIQUE
OUVERTURE CE MERCREDI A LUBUMBASHI DU PROCES EN AP...
18 Juil 2017 17:11 - Redaction OnlineOUVERTURE CE MERCREDI A LUBUMBASHI DU PROCES EN APPEL DANS L’AFFAIRE KATUMBI-STOUPIS
SINDIKA DOKOLO CONDAMNE A 12 MOIS DE PRISON A KINS...
12 Juil 2017 16:42 - Redaction OnlineSINDIKA DOKOLO CONDAMNE A 12 MOIS DE PRISON A KINSHASA

JT et REVUE DE PRESSE

Loading Player...
Watching: JT ET REVUE DE PRESSE (26 videos)
Loading...

.